top of page
  • Photo du rédacteurKatherine Lofts

La survie de l'arbre de Josué menacé dû au changement climatique


survie-arbre-de-josue-changement-climatique
L’arbre iconique de Josué. Va-t-il survivre le changement climatique? Photo par: Konstantia Koutouki.

À la fin du mois de Janvier en 2019, suivis par le plus minutieux verrouillage gouvernemental dans l’histoire des États-Unis, les sources d’informations ont commencé à faire des rapports sur le dommage au Parc national de Joshua Tree. Un manque de surveillance du personnel lors de la fermeture a mené au chaos dans le Parc. Les visiteurs ont commis du vandalisme, ont perturbé cette terre désertique et délicate, et ont coupé des arbres de Josué. Selon le surintendant du parc, le rétablissement de cet arbre, un des plus fameux aux É-U, peut durer 100 années.


Malheureusement, les vandales ne sont pas la seule menace à la survie de l’arbre de Josué. Celui-ci subit aussi du stress prolongé à cause du changement climatique.


L’arbre de Josué et le changement climatique: Une épreuve pour la plante plus renommée de la Californie


L’arbre de Josué, l’une des plantes désertiques les plus emblématiques, croît généralement au désert de Mojave. Celui-ci est situé au sud-ouest de l’Amérique du Nord et s’étend au long de l’État d’Arizona, le sud de la Californie, Nevada, l’Utah, dans les É-U, et la pointe nord-est du Mexique. Lorsqu’ils sont plus prévalents ici, les plantes d’arbre de Josué aussi se situent dans le désert de Sonora et les montagnes de San Bernardino.

C’est l’élévation plus haute et les climats plus frais dans les lieux comme le désert de Mojave pour lesquels ces plantes ont une préférence. Cependant, les températures plus chaudes, les sécheresses, et la perte des nappes phréatiques laissent des séquelles.


joshua-tree-nevada
L’éventail sud-est de l’arbre de Josué diminue, à cause du changement climatique. Photo par: Ciara Houghton (Pixabay).

Récemment, une étude déduit que le changement climatique non mitigé et la même nivelle des émissions de gaz à effet de serre vont réduire l’habitat de l’arbre de Josué à seulement 0,02 % de son étendue actuelle, entre l’année 2070 et 2099.

Ce déclin est peut-être encore plus angoissant si l’on considère les changements successifs qu’elles ont réalisés au cours des millénaires. En tant qu’espèce, ceux-ci sont âgés d’environ 2,5 millions ans et ont vécu plusieurs changements climatiques lors de leur trajet.


L’Histoire de l’arbre de Josué


En ce moment, les arbres de Josué sont restreints à un éventail assez étroit ; ils accroissent typiquement dans une série de parcelles sur les terrains hauts du désert de Mojave.

Cependant, il y a 25, 000 ans, le « désert » de Mojave était un lieu très différent.

Pendant l’époque du pléistocène, plusieurs lacs pluviaux ont pu être trouvés dans ce qui est aujourd’hui la partie sud-ouest des États-Unis. Une série de lacs, rivières et de grandes précipitations ont nourri un environnement plus luxuriant qu’on observe au présent. Les vallées, qu’on associe avec les brousses du désert, furent une fois forées avec des genévriers et des pins pignons. Les pentes des montagnes, actuellement abritées par des plantes de buisson d’iode et le yucca mohave (yucca schidigera), appartenaient autrefois aux peupliers, aux sapins, et aux trembles. Il s’agissait aussi d’un habitat pour une variété d’animaux, comme les ours, les loups, et les élans, en plus des paresseux de sol géants, et des chats à dents de sabres.


pleistocene-mojave
Une partie d’une fresque représentant la faune de l’ère pléistocène. C’est peut-être à cela que ressemblait autrefois le désert de Mojave! Photo gracieuseté du Musée américain d’histoire naturelle.

Durant cette période historique luxuriant du désert, l’arbre de Josué a fleuri, et sa population était davantage répandue , arrivant jusqu’au fleuve delta du Colorado dans le sud. La dernière est plus de 480 km (300 mi) d’où l’arbre de Josué le plus au sud est trouvable aujourd’hui. Contrairement à leur préférence envers des élévations plus élevées, il y a la preuve qu’ils ont poussé aussi bas que 60 m (200 pieds) au-dessous du niveau de la mer dans la Vallée de la Mort.

Mais environ 12,000 ans passés, l’époque pléistocène est venue à sa fin et les changements ont commencé partout. La période glaciaire approchait sa fin. À mesure que les glaciers se sont retirés vers le Nord - emportant avec eux le courant-jet polaire – il pleuvait moins dans le Mojave, et il est devenu plus chaud. Ces lacs et rivières ont séché et, avec le temps, la flore et la faune de l’endroit s’est transformée.

Contrairement aux animaux, les plantes ne possèdent pas le privilège de pouvoir migrer aisément aux environnements qui offre un meilleur climat, lorsqu’ils font face aux changements. La clé pour survivre au changement climatique dépend en grande partie de la dispersion des graines, et la chance que les animaux et les oiseaux vont transporter leurs graines aux régions où le climat est plus favorable.


parc-national-joshua-tree
À quoi ressemble le Parc national de Joshua Tree aujourdhui. Photo (Pixabay)

Les adaptations de l’arbre de Josué n’égalent pas au parcours rapide du changement climatique aujourd’hui


On peut peut-être considérer l’arbre de Josué comme un des arbres les plus fortunés à pouvoir continuer son existence bien après la fin de l’âge pléistocène. Toutefois, les changements climatiques du passé ont eu lieu au cours des millénaires. Grâce à la dispersion fortuite des graines, les arbres de Josué avaient du temps afin de migrer vers des élévations plus élevées, pour s’habituer aux nouvelles poches de fraîcheur, au climat humide, et autrement pour s’adapter.

La progression rapide du changement climatique de nos jours fourni trop. Donc, il paraît que l’arbre de Josué va disparaitre. Bien que les scientifiques croient dans la survie de l’arbre de Josué dans des conditions titularisées « climats de refuge » – lesquels, dans le cas du Parc, signifient des pochettes élevées et fraîches envers le nord – leur simple existence n’est probablement pas assez.

Ceci, à cause d’un insecte tout petit et modeste avec lequel l’arbre de Josué est en relation exclusive.


L’arbre de Josué, le changement climatique & le teigne du yucca


Dans un exemple classique de la symbiose, les arbres de Josué ont une relation intéressement co-évolutionnaire avec la teigne du yucca (aussi connu sous le nom teigne du pronuba). Ainsi, ils sont tout à fait dédiés : sans l’arbre de Josué, la teigne du yucca ne produit pas la larvée  ; et sans la teigne du yucca, l’arbre de Josué ne pourrait pas produire ses graines.


Voulez-vous en savoir davantage sur cette relation symbiotique ? Cliquez ici afin de lire notre article sur les faits sur l’arbre de Josué !

La teigne du yucca est le SEUL insecte qui pollinise les arbres de Josué. Et la pollinisation est la clé pour une survie à long terme.

Pas de pollinisation = pas de graines = pas de manière à propager les espèces dans les climats de refuge.


Correct ? En fait, l’arbre de Josué pourrait avoir un autre tour dans sa poche. Dans quelques refuges à hautes altitudes, les scientifiques se sont rendu compte de ce qu’ils nomment « anneaux de fée » étant les cercles des arbres jeunes. D’où sont-ils arrivés ? Pas par la pollinisation typique. Ces arbres ont une autre grande puissance inconnue : la production des clones.


À travers un réseau de racines peu profondes nommé rhizomes, les arbres de Josué peuvent se propager soi-même en produisant des jeunes clones. Cette adaptation de l’arbre de Josué est bien pour la réhabilitation suite aux désastres aiguës, comme les inondations. Mais elle n’est pas une stratégie gagnante pour la population des arbres de Josué à long terme. Les clones sont vulnérables aux parasites et aux maladies, et bien sûr, ne peuvent pas disperser les espèces à des nouveaux climats. Ils sont pris au lieu originaire d’où l’arbre de Josué a été enraciné.

Donc, nous retournons aux papillons de nuit. Malheureusement, il n’est pas clair de si ceux-ci vont migrer avec les arbres de Josué aux climats plus frais – une autre pression potentielle sur la plante malheureuse. Comme le montre cet exemple, le changement climatique n'affecte pas seulement les espèces individuelles, mais aussi la manière dont ils interagissent.


Non seulement l’habitat : Le changement climatique crée d’autres menaces à la survie de l’arbre de Josué


Même si la teigne du yucca suit le rythme de l’arbre de Josué, malgré le changement climatique, et ensemble ils s’abritent dans les climats de refuge du Parc, il y a toujours d’autres menaces perturbatrices.


parc-national-joshua-tree-feux-de-foret-danger
Les feux de forêt sont une autre menace pour l’arbre de Josué que le changement climatique aggrave. Photo de: Mario Schmidt (Pixabay)

En addition de la perte d’habitat, le changement climatique incite plus de dangers immédiats pour la survie de l’arbre de Josué. D’une part, la prolifération des herbes envahissantes a contribué à l’augmentation des feux de forêt démolisseurs qui ravagent le sud de la Californie. Le surveillant du Parc national de l’arbre de Josué, David Smith, explique à National Geographic que « ces plantes n’ont pas évolué avec le feu, donc elles n’y survivent pas. »

Qu’est-ce qu’on risque si l’arbre de Josué disparaît?


L’importance de l’arbre de Josué : Un élément irremplaçable de l’écosystème


Les arbres de Josué soutiennent un rôle important dans l’écosystème. Ils administrent de la nourriture et l’abri pour plusieurs mammifères, oiseaux, reptiles, et insectes. De plus, les pics flamboyants à hampes rouges percent des trous dans les branches dans lesquelles ils forment leurs nids, dans lesquels d’autres oiseaux peuvent aussi résider plus tard. Les lézards de nuit au désert vivent dans les feuilles et les branches mortes, et les rats de bois rongent les feuilles épineuses afin de pouvoir construire leurs nids.


desert-lezard
La survie de l’arbre de Josué affecte l’ensemble de l’écosystème, y compris toutes les espèces qui en dépendent pour leur propre survie. Photo: Brennan Emerson (Pixabay)

Et n’oubliez-pas de notre ami la teigne du yucca. Avec la disparition de l’arbre de Josué, où est-ce que celui-ci va pondre ses œufs ?


Son importance dans la culture humaine et le risque de perdre un symbole bien-aimé du désert


La plante fameuse est reconnue mondialement comme un symbole du désert du sud-ouest. Quoique méprisées par les premiers colons, leur apparence unique attire des milliers de touristes au Parc national de Joshua Tree chaque année. De plus, sa beauté distinctive a inspiré des musiciens, artistes, et même des cinématographes des temps modernes.

Même avant l’arrivée des Européens en 1769, plusieurs nations autochtones ont vécu dans ce voisinage et ont dépendu de l’arbre de Josué pour de nombreux buts. Les peuples du Serrano, Cahuilla, Mojave, et du Chemehuevi ont utilisé les branches et les feuilles afin de créer des produits utilitaires comme des paniers, parmi d’autres items. D’ailleurs, ils ont consommé les bourgeons des fleurs et les graines.


joshua-tree-sunset
TL’arbre de Josué est un symbole bien-aimé du désert du sud-ouest dans le monde entier. Photo par: Abhay Bharadwaj (Pixabay)

La survie de l’arbre de Josué : Est-il la fin de cette plante fameuse ?

« Présentement, » Brendan Cummings, Directeur de Conservation au centre pour la diversité biologique, clame au point de presse The Guardian, « cet arbre est un symbole de notre échec absolu, comme société, d’en faire face au changement climatique. J’aimerais penser qu’il peut devenir un symbole de notre rassemblement. »


La perte de cette plante sera dévastatrice pour l’environnement et pour ceux qui la perçoivent comme partie de chez eux.

Peut-il être sauvé ? Il est dur à déterminer. Même avec l’action pour réduire le changement climatique et limiter les émissions à effet de serre, il est estimé que seulement 18,6 % de l’habitat originaire de l’arbre de Josué peut être sauvé par la fin du siècle.

Mais, il y a sûrement ceux qui défendent la survie des arbres de Josué. Après un essai échoué à déclarer l’arbre de Josué comme une espèce en menace sous l’acte des espèces en danger en 2019, le groupe WildEarth Guardians a débuté à se battre pour cette cause dans la cour. Ainsi en septembre 2020, dans une décision unanime, la Commission de la pêche et de la chasse a voté à protéger les arbres de Josué sous cet acte pour une année.


Ceci sera la première fois qu’une espèce de plante dans l’état de Californie sera protégée en raison des menaces du changement climatique. Pendant sa protection d’un an, les scientifiques et les chercheurs vont analyser les dangers, et vont recommander à la Commision si l’arbre de Josué devait recevoir la protection permanente, ou non. Espérons qu’ils voteront oui!

Si vous souhaitez de soutenir WildEarth Guardians et contribuez à inscrire l’arbre de Josué sur la liste des arbres protégés de Californie, cliquez ce lien pour signer leur pétition.




À propos de l’auteur:

Katherine est une avocate qui fixe son travail sur le changement climatique, les droits de la personne, et la gouvernance environnemental. Elle est originaire de l’Île de Vancouver, elle a vécue dans l’Europe et dans l’Asie, et héberge présentement en Montréal.


Traduit par: Bella Arseneau


Sources

Centre Lady Bird Johnson Wildflower

Le projet de génome de l’arbre de Josué

KCET (diffuseur en Californie du Sud et centrale)

CBC Radio

Le Service des parcs nationaux

WildEarth Guardians

La Fédération nationale de la vie sauvage

Smithsonian Magazine

The Guardian

Écosphère

Gizmodo

コメント


bottom of page